The Wu is Forever

Quatre ans après sa (bien bonne) prestation à l’Olympia et deux ans après son (moins bon) concert au Zénith, le collectif made in NY du Wu Tang Clan sera de retour à Paris le 5 juillet prochain, dans le cadre du festival « Paris Hip Hop ». Bong ! (comme dirait RZA)

 

La combinaison fan de hip hop + ado des années 90 fait de moi une inconditionnelle du Wu, qui place le « 36 Chambers » bien au dessus de la pile des meilleurs albums de l’univers. La suite, ce sont des albums solos qui ont fini de placer ses membres dans la légende, un « Forever » qui tourne encore en boucle, puis une dégringolade qui ne semblait plus avoir de fin (« 8 Diagrams » ? Pourquoi ?) Ajoutez à cela des querelles fratricides (très bien récapitulées par là), et vous comprendrez que les fans de la première heure étaient un peu désespérés à l’idée de ne jamais retrouver la claque que le Wu Tang fut dans les années 90 (puis ODB est mort, aussi.) Alors c’est plus par automatisme que par conviction que je suis allée acheter « A better tomorrow » le jour de sa sortie. Et finalement, une bonne surprise. Oui, oui, oui !

Et voilà que dans la foulée, le Wu Tang entame une tournée des festivals, qui passe par l’Europe cet été, avec une date à Paris. L’un des plus grands regrets de ma vie new-yorkaise étant d’avoir loupé leur retour au Webster Hall, je scrute leurs passages par Paris depuis. Si leur Olympia valait le détour, c’est vraiment GZA en solo à la Bellevilloise qui a tout déglingué, en avril 2011. Et si le Zénith de 2013 en a déçu plus d’un, moi j’ai fait des petits sauts de cabri quand j’ai appris qu’ils y revenaient le 5 juillet prochain.

Oui, il y aura très certainement des absents de marque (il est devenu difficile de les mettre tous dans une même pièce, alors une tournée, vous imaginez), et ce ne sera pas totalement leur show puisque leur apparition se fera entourée de guests (non encore connus) dans le cadre du festival Paris Hip Hop. Mais bon sang, une occasion de voir des légendes live, ça ne se loupe pas (ceci est un syndrome du traumatisme Michael Jackson, j’avais ma place en 2009…)

Au passage, Ghostface Killah participera au Villette Street Festival en mai.

Vous savez où prendre vos places.